Greenpods : embellir la ville et créer du lien social

green pods photo

Emprunter à pied avec son enfant le chemin de l’école présente de nombreux avantages en ce qui concerne ses performances scolaires, j’ai déjà eu l’occasion de vous en parler sur ce blog. Cela peut aussi faire naître de chouettes idées comme celle des Greenpods, une invention française. Ce sont des pots de fleurs connectés, destinés à embellir le mobilier urbain, tels les potelets qui garnissent nos trottoirs. Un des concepteurs de ces pots a compté 97 poteaux sur le trajet de l’école avec sa petite fille, et aucun arbre. Les graines des greenpods et de leur réseau social basé sur les plantes venaient d’être semées.

Remettre du « vert » dans la ville, c’est le moteur des concepteurs des Greenpods. Le premier modèle réalisé s’adapte aux poteaux anti-stationnement. Composé d’une structure en bois et d’une « chaussette » en tissu destinée à retenir la terre, il peut accueillir tout type de fleurs ou de plantes. N’occupant aucune place au sol, le Greenpod ne gêne pas le travail des services de voirie ou de la propreté.
Beau, utile et durable, voilà ce que doit être un Greenpod. Lancé il y a un an, le produit commence à trouver son public

Végétalisation urbaine et citoyenne

« Nous en sommes au début » précise Guy Lecurieux Lafayette, en charge des relations avec les villes et les partenaires pour faire avancer le projet. « Nous avons des Greenpod installés à Angers, Marseille et Paris pour l’instant. Suite à la campagne de crowdfunding, nous avons eu des pré-commandes un peu partout en France plutôt pour la version potelet, celle qui est disponible pour l’instant »

green pods dessin

L’objectif de l’équipe est de proposer des solutions Greenpods pour de nombreuses déclinaisons du mobilier urbain. Les descentes de gouttières, les barrières attirent les membres de l’équipe qui viennent de réussir ce financement participatif à 15 000 euros dont un des buts premiers est le travail de conception et de design de ces futurs Greenpods. Il y aurait autant d’idées de Greenpods que de mobilier urbain. Voilà les arrêt de bus, parcmètres, bancs et autres éclairages publics avertis !

Vert et connecté

Si la végétalisation urbaine citoyenne est dans l’air du temps, les technologies numériques le sont tout autant. Le Greenpod réalise un subtil mariage des deux tendances : équipé de capteurs, se connectant directement à internet, il signale quand la plante a soif ou est menacée par le gel. Les voisins impliqués dans le projet ont ainsi au bon moment une indication sur les besoins de celle qui embellit leur environnement immédiat.

Les concepteurs des Greenpods les appellent les jardineurs : « Le jardineur est un jardinier urbain heureux. En fait ce sont tous ceux qui veulent voir leurs rues plus vertes, plus belles, qui veulent participer au changement de leur espace collectif, pas forcément des experts en jardinage » explique Guy.

A terme, les pots seront équipés d’autres capteurs encore. Ils alimenteront ainsi en open data une plateforme d’informations sur la température, la pollution, le bruit… de leur environnement respectif. Chacun pourra en consulter les données et les utiliser à sa guise. Il faudra toutefois être un peu patient comme le laisse entendre Guy Lecurieux Lafayette « Cela fonctionne, mais nous ne sommes pas encore à un niveau de prix qui soit suffisamment bas pour un déploiement sur tous les greenpods; cela viendra ».

L’argent, le nerf de la guerre et une lutte permanente pour réduire les coûts de production tout en maintenant – c’est une volonté des porteurs du projet – une fabrication locale, c’est-à-dire en France.
Selon le modèle et la taille, les prix de vente se situent actuellement entre 45 euros et 99 euros.

L’achat des Greenpods est bien évidemment aussi réalisable par une collectivité locale (ce n’est pas réservé qu’aux citoyens !) ou des commerçants. Il est même possible de les personnaliser. Pour mes lecteurs belges, web aidant, il est très facile d’obtenir un Greenpod… «… je ne sais pas si vous aussi vous avez des potelets en Belgique. Sinon, la version potelet, la seule disponible actuellement, est achetable. Le capteur, la carto et l’appli fonctionneront aussi ». J’ai bien dû confirmer à mon interlocuteur que nous aussi nous avions des potelets anti-stationnement, pertinents dans cette fonction, mais tout autant dispensables que leurs équivalents français d’un point de vue esthétique…

Demain, le réseau social

Avec son pot connecté, la plante interagit déjà avec son environnement « humain » pour obtenir la satisfaction de ses besoins. Demain, son rôle sera encore plus « social ». Avec l’appli mobile qui lui sera dédiée, elle donnera des informations aux passants et aux jardineurs, via un QR code par exemple. Ils pourront découvrir la sexualité des plantes, la biodiversité… mais pas seulement ! La plante se fera aussi créatrice de lien social invitant les membres de son « réseau » à se retrouver, pourquoi pas, pour un apéritif.

green pods commauté 2

Je dois bien avouer que je suis tombé sous le charme de ces Greenpods qui embellissent les rues, et c’est déjà tellement important, mais qui en plus recèlent des dimensions durables, techniques et sociales qui leur confèrent une vraie richesse augmentée.

Alain Wagener

Crédit images : monjardindansmarue.fr

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s