Les prix de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets

ewwr730-

Chaque année depuis 2009 sont décernés les Prix Européens de la Semaine de la Réduction des Déchets. 6 catégories sont récompensées et pour 2014, le focus était mis sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. La Belgique confirme sa position de nation très active en la matière. Elle remporte trois des six trophées. La cérémonie de remise des prix était programmée ces 27 et 28 mai à Budapest

On estime à 842 millions le nombre de personnes confrontées à la faim dans le monde alors que, rien que pour l’Union Européenne, 100 millions de tonnes d’aliments sont jetées chaque année ! Ces chiffres à eux seuls expliquent pourquoi la lutte contre le gaspillage alimentaire est assurément un des défis majeurs pour la population humaine et un domaine où de très nombreuses initiatives se prennent, à tous les échelons, des citoyens aux organes de décision politique en passant par les milieux économiques.

Prix de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets

Durant la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, du 20 au 30 novembre 2014, 12000 initiatives ont été prises dans toute l’Europe pour sensibiliser politiques et population à la problématique. C’est parmi celles-ci qu’ont été désignés les 18 finalistes (trois par catégorie) en lice pour remporter les prix.

Les critères de sélection avaient trait

– à la visibilité et à la manière dont l’initiative est portée à la connaissance de son public-cible
– à l’originalité et à la dimension exemplaire (good practice) de ce qui est proposé
– à la qualité du projet, à son intérêt particulier en termes de lutte contre le gaspillage, de promotion du réemploi et du recyclage
– à la dimension « duplicable » du projet

Six catégories, trois prix pour la Belgique

La première catégorie, celles des initiatives prises par une « administration ou une autorité publique » voit la Maison d’arrêt de Strasbourg l’emporter. Elle est confrontée à des volumes importants de nourriture non consommée par les détenus. Les raisons sont multiples : parce qu’ils ne veulent pas manger ce que leur propose le centre pénitentiaire, parce que leurs pratiques religieuses le leur interdit, ou encore parce qu’ils émettent des doutes quant à la qualité des préparations.

prison strasbourg

Durant deux mois, la prison a donc proposé le choix entre trois repas (dont l’un sans porc et un sans viande), un assortiment d’ingrédients non cuisinés et à préparer soi-même en cellule mais aussi la possibilité de se nourrir individuellement (il existe un petit « magasin » dans l’institution). Ces deux derniers points constituaient l’originalité particulière de cette expérience dont l’objectif était d’être plus rationnel dans la distribution de la nourriture. Des premières indications, il ressort une diminution de 27 % de la production de déchets alimentaires dans le quartier des femmes. D’autres données doivent encore être analysées.
Etaient aussi nommé dans cette catégorie, un livre pour enfants, réalisé en Suède et racontant l’histoire de l’anniversaire d’un caïman à qui les amis offrent exclusivement des cadeaux dématérialisés ou de seconde main. Egalement retenu, une soupe publique géante en Allemagne réalisée à base de légumes estimés impropres à la vente.

foodwe1

Pour la catégorie « association et organisation non gouvernementale », le prix est décerné à la plateforme belge « Foodwe ». Elle propose de mettre en relation « professionnels de la nourriture » et associations caritatives via un espace web de dons et de ventes alimentaires à tarif réduit. Elle est uniquement utilisable par les professionnels de l’alimentation ou les acteurs de l’aide alimentaire. On y trouve des aliments encore consommables mais ne rencontrant pas la demande, des produits proches de la date limite de péremption, des aliments écartés de la distribution car ne répondant pas au canon de « beauté » ou au calibrage qu’elle exige. En quelques mois, la jeune ASBL Foodwe a permis le transfert de plus de 20 tonnes de nourriture à des associations caritatives en Belgique. La plateforme se développe en France et aux Pays Bas, avant sans doute d’autres pays. Son action est résumée par cette vidéo

Ses concurrents dans la dernière ligne droite étaient portugais avec un concours scolaire de conception d’un déshydratateur de fruits et légumes à l’énergie solaire, et catalan avec une association (The Associacio Espigoladors)) transformant des fruits et légumes déclassés ou non récoltés.

Autre lauréat belge, cette fois dans la catégorie « business et industrie » Unilever Food Solutions à l’initiative du « United Against Waste Challenge ». Il proposait aux chefs français, hollandais et belges de réaliser un audit des déchets alimentaires dans leur cuisine. 36 restaurants ont participé à ce challenge.

unilever antigaspi

A leur disposition, ils avaient un site web, une application mobile, un guide, un calculateur des déchets, des vidéos… Il a ainsi été démontré qu’une réduction des déchets de 20 % était possible.
Dans cette même catégorie, la campagne de sensibilisation de la chaîne italienne de supermarchés Simply a été retenue, tout comme un projet catalan, celui de Campos Estala où les enfants pesaient les déchets après le repas, de quoi faire remonter les informations en cuisine. 1000 enfants y ont participé et la production de plus de 300 kilos de déchets a ainsi été évitée.

Quatrième catégorie récompensée, celle des « établissements scolaires ». Le vainqueur est là hongrois. Il s’agit d’une école primaire et secondaire ayant imaginé un software valorisant de manière ludique les bons usages en termes de prévention des déchets alimentaires tout en sensibilisant aux espèces animales en danger.
Un collège de Siracuse en Sicile, avec une série d’actions pour amener les étudiants à une approche durable de leur alimentation, et deux écoles de Sofia en Bulgarie proposant aux élèves et à leurs parents différents ateliers en lien avec la réduction des déchets, le réemploi, le recyclage, étaient aussi nominées.

strip waste bins

Le dernier lauréat belge est celui de la catégorie « citoyen ». Il s’agit de l’expérience menée par Yacine Canamas et sa famille à Bruxelles. Ce citoyen a appliqué toutes les solutions possibles dans une ville pour réduire ses déchets (achats groupés, marchés bio vendant en vrac, sacs réutilisables, compostage…) et tenter de vivre un an sans générer de déchets d’emballage. Au bout du projet, la famille a produit 16 kilos de déchets, dont 8 en plastique non recyclable. C’est 120 fois moins qu’une famille européenne type !
Yacine a partagé son expérience sous forme de petits strips BD…et cela donne un outil intéressant dans la démarche.

strip waste bins2

Les concurrents de cette famille bruxelloise venaient d’une part de Malte en la personne d’Emma Hickey, conceptrice d’un bac à compostage « fait maison » et placé dans un centre de fitness, d’autre part de Hongrie où Greksa Laszlone a organisé différentes actions dans son village pour y augmenter la part du recyclage et du réemploi.

La région de Catalogne, très présente dans les nominés de l’édition 2014, décroche un prix dans la dernière catégorie baptisée « autre ». Il est décerné à un hôpital de Badalone pour son approche de la problématique du nombre important de repas retournés en cuisine sans avoir été consommés, en raison d’erreurs du personnel infirmier ou des cuisines. Parmi les solutions mises en place, un logiciel permettant à l’équipe des cuisines et aux patients de communiquer. Cet outil a permis d’éviter 300 pertes de repas en un mois !
Un autre hôpital espagnol, à Aviles dans les Asturies, était repris dans la dernière shortlist pour ses différentes animations de sensibilisation à la lutte contre les déchets. Le dernier nominé venait de Sardaigne, en Italie. Il a permis à un centre d’éducation à l’environnement de bénéficier de l’appui d’éleveurs de volailles pour sensibiliser les enfants à une bonne gestion des déchets.

EWWR carte

Qui sait, tout cela vous aura peut-être donné l’envie de postuler à votre tour pour l’édition 2015 de la Semaine Européenne pour la Réduction des Déchets. Elle est programmée du 21 au 29 novembre prochain, et son thème en sera « Doing more with Less », faire plus avec moins… il faudra donc travailler à la dématérialisation les amis

Alain Wagener

Crédit photos
ewwr.eu
Yakana
foodwe.org
unileverfoodsolutions

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s