Gogoro : scooter électrique intelligent et nouvelle mobilité

gogoro 1
Après quatre années de travail, la start-up taïwanaise Gogoro vient de dévoiler un scooter électrique qui ne nécessite (et n’autorise !) aucun branchement pour fonctionner. Il est équipé de batteries amovibles, à remplacer une fois vides à une des nombreuses stations que l’entreprise imagine disséminer aux quatre coins des villes du monde. Un peu fou peut-être, mais terriblement séduisant.

A l’origine de ce projet novateur, Horace Luke, désigner. Il a travaillé chez Nike, Microsoft et aussi et surtout HTC, le fabriquant de smartphone où il fut directeur d’innovation. La célèbre entreprise de Taïwan est d’ailleurs bien représentée dans ce projet « SmartScooter », Horace Luke étant rejoint par d’anciens collègues et comptant au nombre des investisseurs le richissime fondateur de HTC, le multimillionnaire Cher Wang. L’entreprise a jusque là levé 150 millions de dollars pour lancer son projet de « smartscooter ».

gogoro 4

Culture smartphone et nouvelle mobilité

Electrique, original dans son look, connecté par bluetooth à une application smartphone permettant de changer quantité de réglages du deux-roues, de télécharger de nouvelles sonneries de clignotants, de verrouillage du véhicule … Gogoro invente l’esprit smartphone sur deux roues !

Pourtant, l’essentiel et la partie la plus novatrice du projet ne sont pas là, mais bien dans la gestion de l’alimentation de ce véhicule électrique. Pas de branchement prévu, rien ne le permet d’ailleurs. L’idée des concepteurs, ce sont des batteries légères, installées sous la selle, et qui sont changées en chemin, lorsqu’elles sont vides, auprès de stations disséminées aux quatre coins des villes et baptisées GoStations. Le « plein » ne prend ainsi que quelques secondes avant de repartir. Le pilote identifié par la borne peut y ranger ses batteries usagées. La machine lui en libère deux autres en parallèle, qu’il n’a plus qu’à replacer sur le scooter. L’autonomie de ce véhicule devrait être inférieure à un équivalent thermique, mais un bon maillage de la ville par les stations de batteries et, par là-même, l’absence de rechargements longues durée par câble, devrait le rendre concurrentiel.

La société espère pouvoir proposer le SmartScooter à un prix de vente équivalent à une entrée de gamme à moteur thermique, et donner l’accès à l’utilisation des batteries sous forme d’abonnement, ce qui correspondrait en quelques sortes aux dépenses en carburant pour un véhicule « classique ». Actuellement, aucun prix n’a encore été fixé par Gogoro pour ce scooter annoncé sur le marché courant 2015.
gogoro 3

Un plein et un check-up en quelques secondes

La batterie est conçue avec Panasonic, déjà expérimenté en la matière via entre autres son partenariat avec Tesla pour les voitures électriques. Au niveau des GoStations, les données contenues dans les batteries sont analysées, un peu comme pour la boîte noire d’un avion. Si par exemple une ampoule des stops arrière a lâché, le conducteur en est immédiatement ainsi averti. Le système enregistre aussi des informations comme la consommation, les régimes moteur utilisés… quantité de données potentiellement utiles pour l’utilisateur du deux roues. L’application smartphone devrait permettre elle de réserver à distance des batteries, quelques minutes avant d’arriver à la GoStation…

gogoro 2

Donner trois vies aux batteries

Chez Gogoro, on pense aussi à la deuxième vie des batteries, une fois celles-ci fatiguées par de multiples rechargements. Avec 70 % de leur charge, elles pourraient encore rendre des services dans des data centers ou des maisons de particuliers, pour alimenter par exemple des smartphones et d’autres petits matériels électroniques. Une troisième vie est même envisagée dans le projet : en fin de parcours, les batteries devraient encore être à même de fournir de l’éclairage et un brin d’alimentation électrique dans des parties rurales de zones non équipées en alimentation électrique, dans les pays pauvres par exemple.

Asie du Sud-Est

Pour Horace Luke, en 2030, la terre comptera 41 méga-cités, principalement dans les pays en développement en Asie du Sud-Est où le scooter est déjà une institution mais où aussi l’industrialisation, l’émergence d’une classe moyenne voulant consommer, des lois environnementales peu contraignantes ont engendré une pollution excessivement importante.

La conjugaison de ces éléments, le CEO de Gogoro en est convaincu, doit assurer le succès de son scooter intelligent et durable.

A condition d’obtenir les autorisations administratives et immobilières et les fonds nécessaires pour installer une GoStation à 10 000 $, environ tous les kilomètres et demi…

S’il y arrive, il aura fait progresser la mobilité urbaine

Alain Wagener
Crédit photos et vidéo :
Gogoro

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s