La Gantoise : l’exemple belge d’un stade de football vert et durable

aagent victoire

Lokeren vient de remporter la coupe de Belgique, les play-offs annoncent la fin du championnat. Viendra ensuite la préparation de l’équipe nationale belge en vue de son voyage au Brésil. Elle retrouve enfin la Coupe du Monde de football. C’est donc un moment charnière et j’en profite pour souligner ici les mérites du seul club belge de première division qui place avec force l’environnement et le développement durable au cœur de son fonctionnement : La Gantoise

La Gantoise ou KAA Gent a quitté à l’été 2013 son ancien stade pour s’installer dans un tout nouvel écrin baptisé Ghelamco Arena, une structure de 20 000 places déjà récompensée du titre de plus beau stade de l’année 2013 dans le cadre d’un prix international qui le voyait opposé à 17 autres enceintes construites ou rénovées dans l’année. Il propose un équilibre intéressant entre fonctionnalité et approche durable.

Le stade gantois a coûté 74 millions d’euros ; c’est le premier construit en Belgique depuis son voisin brugeois en 1974. Il est plus qu’une enceinte où jouer au football. C’est un outil polyvalent, destiné à fonctionner en dehors des heures de matches et la protection de l’environnement via notamment une attention particulière aux consommations d’énergie a prévalu tout au long de sa conception et de sa réalisation.

ghelacom photo autre

Economies d’énergie

Prévisible bien sûr, la pose de panneaux solaires photovoltaïques sur le toit, ce qui représente une superficie de 13 000 m² de panneaux ! C’est quand même l’équivalent de deux terrains de football.

Rayon électricité encore, et cela concourt à un des aspects les plus spectaculaires des lieux, l’éclairage du toit mais aussi de l’immense façade est assuré par des centaines de milliers de leds. Il y en a 500000 rien que pour cette dernière qui propose un éclairage et une diffusion de messages géants. C’est une première belge. Elle est tellement remarquable que la 8 ème édition de la Journée de Promotion de l’Eclairage Durable se tiendra dans le stade, le 8 mai 2014. L’occasion pour les professionnels présents d’admirer cette réalisation.

Ghelamco-Arena-met-verlichte-LED-gevel

L’éclairage du terrain a lui été installé sous l’auvent, cela en maximise le rendement et permet d’éviter la pollution lumineuse de l’environnement pour le voisinage.

Immanquable, la superbe façade vitrée. Rien que pour le stade, hors bureaux, cela représente 20.000 m2 d’un vitrage bleuté à triple couche d’argent. Il offre une protection solaire de haute qualité, avec un facteur solaire d’à peine 23 %. Cela permet de réduire la consommation d’énergie nécessaire pour faire tourner l’air conditionné.

Les eaux de pluies sont récupérées dans d’énormes réservoirs. Elles servent ensuite à l’arrosage du terrain de jeu mais aussi pour alimenter les chasses d’eau des toilettes et urinoirs, des appareils équipés, comme les lavabos qui les jouxtent, d’une robinetterie à faible consommation d’eau.

Des poubelles de tri sélectif sont présentes dans l’ensemble du stade. Cela paraît évident. C’est rarissime voire inexistant ailleurs dans le championnat belge.

Le traitement de l’air n’a pas été oublié : des centrales et des groupes froids ont été réalisés sur mesure avec pour contrainte une récupération de 80 % de la chaleur émise. Les groupes froids sont de classe énergétique A. Ils fonctionnent avec un réfrigérant écologique.
.
Le souci d’économie et de récupération de l’énergie implique que les parkings pour les voitures particulières sont perméables à l’eau. Celle-ci s’infiltre dans des cuves pour une utilisation ultérieure.

ghelacom-arena vélo

La mobilité, élément essentiel de l’approche gantoise

Avec ces parkings, on entre dans le paragraphe consacré à la gestion de la mobilité des supporters les jours de matches. Le club y accorde, avec un ensemble de partenaires, une attention très particulière. Il y a un vrai plan de mobilité, une stratégie pour compliquer la vie du supporter autosoliste réticent à la mobilité douce ou partagée. La Gantoise invite clairement ses fans à venir le plus tôt possible au stade, avec des incitants financiers à la clé, et de la manière la plus alternative ou durable qui soit. Et cela se décline ainsi :

800 places de parking couvertes pour vélos dans un rayon de 100 mètres autour du stade. 2000 autres sont prévues dans un rayon de 500 mètres. De nombreux supporters habitent à proximité. Un compte Facebook spécifique Velo Buffalo propose des échanges entre supporters cyclistes, mais aussi des itinéraires cyclables pour rejoindre le stade.

– Des navettes de bus de De Lijn pour relier le stade à la Woodrow Wilsonplein d’où partent, les jours de matches, à des horaires plus tardifs que d’habitude, après la rencontre, des bus à destination de différents quartiers et villages gantois.

– 1000 places de parking réservées pour ceux qui se rendent au stade en pratiquant l’autopartage

– Des cars organisés par les clubs de supporters au départ de 8 points de ralliement dans la région. En fonction du succès, l’offre pourrait être élargie.

– Des navettes entre un parking relai de 500 places et le stade, gérées par le club

aagent vervoer

Pour fluidifier au maximum le trafic à proximité du stade, le plan de mobilité prévoit des tarifs différents pour l’usage des navettes, qu’elles soient de la société de transports en commun ou celles du club. Pour un trajet entre 2 h 30 et 1 h 45 avant le coup d’envoi, c’est gratuit. Dans la demi-heure suivante, il en coûte 1 euro ; 2 euros pour un trajet effectué entre 1 h 15 et 45 minutes avant le début de la partie. Même principe pour le retour avec deux tarifs : 1 euros pour un départ du stade dans la première heure suivant la fin de la rencontre, gratuité pour un départ effectué entre 1 heure et 1 heure 45 après le coup de sifflet final.

Autre offre, celle d’une place de parking pour les automobilistes abonnés qui voyagent en covoiturant. Ils peuvent, à condition d’être au minimum trois dans le véhicule, louer une place de parking déterminée et réservée pour la saison. Le prix varie en fonction de la localisation de celle-ci par rapport au stade, dans des rayons compris en 550 mètres et 1,2 kilomètre. Dans le même espace, quelques places sont réservées pour les covoitureurs occasionnels, ceux qui font appel au service Eventpool de Taxistop. (www.eventpool.be/kaagent).

Tout ceci a été intégré dans la conception du stade mais certaines solutions sont tout à fait applicables pour les enceintes déjà existantes. On en connaît des exemples à l’étranger…ce serait bien que les clubs belges s’inspirent de cette manière de faire gantoise en la matière. Il n’y a pas que les joueurs que l’on peut transférer, les bonnes idées aussi !

Un restaurant locavore

Parmi celles-ci, on peut inclure l’approche durable de la restauration proposée au stade. A côté des incontournables hamburgers, hot dogs et frites sans lesquels on ne peut concevoir un match de football en Belgique, un espace restauration classique attend les supporters les jours de football. On y propose le vol-au-vent, l’Américain frites ou le steak mais aussi, et c’est plutôt rare dans le milieu, des plats végétariens. C’est déjà un progrès mais à Gand, on va plus loin. Le nouveau stade a vocation de « fonctionner » même en dehors des jours de matches. On y tient des séminaires, ses installations abritent le premier supermarché en Belgique d’un groupe hollandais, une moyenne surface de bricolage est aussi présente sur le site… de même qu’un restaurant tenu par Danny Horseele, un chef doublement étoilé !

resto aagent

Il propose une cuisine d’inspiration locavore avec des ingrédients produits à moins de 160 kilomètres du stade…voilà pourquoi il est cité dans cet article.

Ils jouent en bleu et blanc, mais très clairement, les Buffalos (surnom des joueurs gantois) évoluent dans le stade le plus vert du Benelux, le seul en Belgique qui, par sa conception et son fonctionnement, soutienne la comparaison avec de nombreuses enceintes chez nos voisins allemands, français ou anglais, j’aurai l’occasion de vous en reparler ici même.

Espérons que, s’ils se concrétisent un jour, les prochains stades en Belgique (stade national, stade du RFC Liège…) verront leurs concepteurs travailler avec autant de préoccupations durables et environnementales que ne l’ont fait ceux qui ont imaginé la Ghelamco Arena… un endroit aux valeurs d’isolation de la construction tellement élevées qu’elles ont posé des problèmes aux services de secours. Les signaux radio ne passaient pas ! Il a fallu installer des antennes indoor pour y remédier !

Alain Wagener

Photos : kaagent

2 responses to “La Gantoise : l’exemple belge d’un stade de football vert et durable

  1. Pingback: #NBAGreen : quand la NBA sensibilise ses fans à l’environnement | Alain Wagener Green·

  2. Pingback: Football et covoiturage, ça roule ! | Alain Wagener Green·

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s