Le bio en Europe : les indicateurs sont à la hausse

ferme arbre 2

De plus en plus de personnes attendent de leur nourriture qu’elle soit différente…
En la matière, le bio récolte de très nombreux suffrages. Pour certains, il est devenu un incontournable de leur quotidien, l’élément essentiel de leur alimentation. L’Union Européenne vient de publier « Facts and figures on organic agriculture in the European Union », un rapport sur l’état de l’agriculture biologique en Europe, sur les tendances que l’on peut y observer. Sans surprise, en volume de production comme en surface d’élevage ou de culture, le secteur biologique (ou celui qui est en reconversion) progresse.

Ces dernières années, le secteur de la production du bio s’est développé rapidement, passant pour l’Europe des 27, de 5,7 millions d’hectares de surface agricole dédiée en 2002 à 9,6 millions d’hectares en 2011. La progression correspond à une augmentation annuelle de 500 000 hectares ces 10 dernières années
C’est évidemment significatif même si l’agriculture biologique ne représente que 5,4 % des terres agricoles européennes. En 2002, il représentait 3,2 %.

grph1 bio europe

En affinant la lecture des chiffres et graphiques du rapport, on découvre des différences entre « anciens » membres de l’Union européenne et « nouveaux ».
78 % des surfaces agricoles biologiques et 83 % des élevages se retrouvent parmi les pays membres de l’Union Européenne depuis avant 2004, ce qu’on appelle "l’Europe des 15", là où des politiques nationales mais aussi les politiques européennes stimulent le secteur depuis plus longtemps. On note toutefois que les pays ayant rejoint l’Union depuis 2004 ne sont pas en reste et grappillent leur retard avec une progression annuelle de leurs superficies agricoles de 13 % depuis 2002.

On compte 186 000 fermes biologiques dans l’Union européenne. Comparées aux exploitations conventionnelles, le rapport souligne que les fermes biologiques sont en moyenne plus grandes, ce qui peut paraître surprenant pour certains lecteurs, dont mes compatriotes belges où les exploitations sont plutôt petites. Ce n’est donc pas une généralité à l’échelle des 27 pays de l’Union.

Pâtures et ovins en vedette

Les fermiers et agriculteurs bio sont en général plus jeunes que la moyenne des fermiers « conventionnels », et il n’est pas surprenant de mettre ces professions au masculin : en bio comme en conventionnel, les exploitants européens sont en très grande majorité des hommes. Concernant les agricultrices et éleveuses (il y en a quand même !), on note plus de choix par vocation dans le secteur bio que dans le « conventionnel ».

Plus de 270 000 professionnels sont actifs dans le bio européen, avec une énorme majorité de producteurs (par rapport aux transformateurs et importateurs). Ils sont 235 000 et là aussi principalement actifs dans l’ex-"Union des 15". Concernant cet aspect du rapport, on note encore la progression du nombre de producteurs dans les 12 derniers états à avoir rejoint l’Union Européenne, passant de 11 600 professionnels en 2002 à 50 000 en 2011.

La part la plus importante des surfaces biologiques est dédiée à la pâture, à hauteur de 45 %, loin devant les cultures céréalières (15 %) et les vergers (13 %). Concernant l’élevage, près d’un animal élevé de manière biologique sur deux est un ovin, un sur trois un bovin. La volaille, les porcs et les caprins complètent le tableau.

Qui est le plus bio en Europe ?

grph2 bio part surf générale

En superficie absolue, le premier producteur bio est l’Espagne, avec 1,8 millions ha. On précisera qu’on y pratique, comme en Italie qui suit avec 1,1 millions ha, du « bio intensif » que ne manquent pas de critiquer certains professionnels du secteur et certains consommateurs. Note personnelle évidemment. On ne trouve pas cette information dans le rapport.
L’Allemagne, avec 1 millions ha, complète un podium qui représente 40 % de la superficie bio dans l’Union des 27.
Dans les pays ayant rejoint l’Union Européenne après 2004, la Pologne et la République Tchèque pointent en tête.

Si on s’arrête aux ratios « surface dédiée au bio / surface agricole globale », l’Autriche est le pays européen où la part du bio dans l’agriculture est la plus importante (on en a déjà parlé sur ce blog), elle représente 19% du total. La Suède est à 15,7 %, l’Estonie à 14,1 %.

grph3 bio pays

La moyenne pour les 27 pays est à 5,4 %. Le Royaume Uni, la Belgique avec leur 4 %, la France, le Luxembourg, les Pays Bas avec 3% et l’Irlande (1%), bien que membres de l’Union depuis avant 2004, n’atteignent pas cette moyenne que dépassent déjà des membres plus récents comme la République Tchèque, l’Estonie, la Lituanie, la Slovénie et la Slovaquie.

En conclusion, aussi bien en termes de surfaces que de nombre d’exploitations et de nombre de professionnels, l’agriculture et l’élevage biologiques progressent sur tous les tableaux dans l’Union Européenne. Les nouveaux membres ont pris le train en marche, affichant déjà des chiffres et des pourcentages intéressants, même si là comme ailleurs, le bio reste encore un élément de niche dans l’ensemble de l’agriculture et de l’élevage en Europe.

Pour celles et ceux qui veulent aller plus loin, ils trouveront ici le rapport (en anglais) de la commission européenne.

A lire aussi, avec des graphiques bien parlant, le même sujet décliné sur le blog de mon confrère Joël Matriche

Bonne lecture

Alain Wagener
Photo : La Ferme à l’Arbre

2 responses to “Le bio en Europe : les indicateurs sont à la hausse

  1. Pingback: Le bio en Europe : les indicateurs sont &agrave...·

  2. Pingback: Energies renouvelables en Europe : trois pays ont atteint leur objectif 2020 | Alain Wagener Green·

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s