Récup’ : en Wallonie, Namur donne le ton

ravik boutik 3

Et si Namur était en train de devenir la capitale wallonne du réemploi ?
En tous cas, avec de nombreuses initiatives relatives à l’éco-consommation, au recyclage, à la récup’, la ville se dote d’une image durable marquée par rapport à ses voisines wallonnes

Il y a peu, je vous proposais sur ce blog un article sur le premier salon RECUP’ère organisé à Namur. C’était début mars dernier. 50 exposants ont eu l’agréable surprise de voir passer devant leur stand 17 800 personnes alors que les estimations d’avant-salon parlaient de 2500 visiteurs ! L’intérêt pour la prolongation de vie des objets, leur recyclage, la seconde main éclatait au grand jour. Il s’est encore confirmé sur ce blog par les chiffres impressionnants (merciiiii !) de l’article consacré aux initiatives donnant une seconde vie aux livres.
Donc, tout cela fonctionne, intéresse les gens…et à Namur, on l’a bien intégré !

ravik boutik 2 fauteuils

On y a tout d’abord, dès 2005, modifié le système de collecte des encombrants. A côté du dépôt en parc à conteneurs et de la récolte en porte-à-porte organisée par l’intercommunale de gestion des déchets, un collecte à domicile sur simple appel à la Ressourcerie Namuroise a été mise sur pied. En 3 mois à l’époque, 72 tonnes ont été collectées. En 2007, 2079 demandes ont permis de traiter 530 tonnes de déchets, un succès qui a conduit l’intercommunale à mettre un terme à sa propre récolte d’encombrants. Fin 2008, quelques 4512 clients ont fait appel aux services de la Ressourcerie, soit 11 % des ménages de cette ville de près de 108 000 habitants. Cette même année, les communes de Gesves et de Ohey ont rejoint le projet, suivies par Floreffe en 2009.

Au-delà des chiffres, l’important est évidemment que ces déchets ainsi collectés sont recyclés, à hauteur de 68 % en 2008, un chiffre qui devrait prochainement avoisiner les 90 %.

ravik boutik 1

Les objets réutilisables à qui une seconde vie est offerte par la revente, dans un cadre d’économie sociale, représentent 9 % des déchets collectés. Ils sont bien sûr nettoyés, restaurés, remis à neuf ou presque, Il s’agit principalement de meubles, d’objets de décoration, de vélos…

Le gain environnemental est évident. Un objet de réemploi, c’est un déchet de moins, mais c’est aussi une énergie grise évitée, celle qui est nécessaire à fabriquer celui qui aurait pu le remplacer. Deux magasins liés à la Ressourcerie Namuroise, le Ravik Boutik et Madame Ravik, accueillent les clients dans la capitale wallonne.

L’agenda récup’

L’importance accordée à Namur au recyclage, au réemploi, à la récup’ se marque encore par un ensemble de rendez-vous programmés tout au long de l’année, souvent dans le cadre de partenariats entre la ville et le milieu associatif local. Le calendrier pour l’automne 2013 vient de sortir.

facebook.comRepairCafeNamur1

Le temps de trois samedis après-midi, de septembre à novembre, la Ravik Boutik abritera un Repair Café. On pourra y faire réparer, gratuitement bien sûr et par des bricoleurs bénévoles, aussi bien des vêtements que du petit mobilier en bois, des bibelots ébréchés ou des petits électroménagers, sans oublier les traditionnels vélos.

Proposer aux familles un moment où enfants et adultes déclinent la récupération sous toutes ses formes, ce sont les « dimanches de l’éco-consommation ». Le 24 novembre, place aux jeux et jouets, avec une brocante et des animations sur ce thème …

ravik boutik jeux

Mi-décembre, ce sera déstockage mais aussi création des décorations de Noël, de bijoux, peinture sur verre…

La confection de bijoux, il en sera aussi question à l’occasion d’un des « ateliers récup’ », une autre bonne habitude locale. Durant 3 heures, ils permettent aux participants de se familiariser avec des techniques de valorisation des objets de réemploi. Des pièces de puzzles ou de jeux de table peuvent se transformer en de très jolies bagues ou boucles d’oreille. Fin novembre, les participants apprendront comment confectionner une table de fête avec du matériel de récupération.

Et ce n’est pas tout. A Namur, les animateurs, éducateurs, enseignants…peuvent bénéficier d’une animation de deux heures à la Ressourcerie Namuroise pour les jeunes qu’ils encadrent. Les deux heures prévoient bien évidemment un aspect très pratique, les enfants pouvant s’en donner à cœur joie dans la customisation d’objets collectés par l’association, une approche pratique de ce pan du développement durable pour les adultes de demain.

ravik boutik bijoux

Du côté de Mons, de Charleroi, de Liège pour citer les principales villes wallonnes, on trouve bien quelques initiatives du type, un échevin de l’environnement ou l’autre, voire un du développement durable (pas forcément la même personne…), mais pas de manière aussi structurée et récurrente qu’à Namur.

Si certains ont du mal à voir la ville au pied de la célèbre citadelle porter le titre de « capitale de la Wallonie », ils doivent bien admettre que c’est elle qui donne le « la » wallon dans son approche de la récup’ et du développement durable.
Et ça, cela risque aussi de faire un peu mal à certains…

Alain Wagener

Crédits photos
Ravik Boutik
facebook.com/RepairCafeNamur

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s