Paynut : donner des objets à ses voisins grâce au web

welcome-message

Voici une nouvelle déclinaison des possibilités que le web offre aux manières de consommer autrement : quatre entrepreneurs bruxellois viennent de lancer paynut.org, le site par lequel les internautes peuvent donner dans leur quartier ce dont ils n’ont plus d’usage… un marché gratuit sur le web.

Quand quatre spécialistes des plateformes internet, du marketing web et du développement décident de créer un nouveau service, sans surprise celui-ci se décline sur les supports numériques. Nos quatre Bruxellois n’ont pas dérogé à la règle pour offrir à la nouvelle consommation collaborative un espace de troc et de don, novateur dans son approche.

Ce qui prévaut sur le site, au-delà de l’objet lui-même, c’est sa localisation géographique. Ici, on cherche à donner à son voisinage, à celle ou celui qui habite juste à côté. C’est simple, direct et générateur de lien social… et cette plus-value locale n’est pas le moindre des mérites de l’initiative ! C’est clairement un des objectifs des initiateurs du projet.

Comment ça marche ?

L’utilisation du service est des plus simples. Pour qui préfère donner et faire plaisir plutôt que jeter, il suffit de se créer un compte sur le site pour pouvoir ensuite aisément déposer une offre (avec photos, courte description, localisation). Pour cette inscription, l’internaute reçoit 2 nuts, c’est la monnaie virtuelle d’échange du site.

Pour le candidat « acquéreur », la page du site présente tous les objets « à donner » dans un lieu précis. Le visiteur peut choisir la commune dans laquelle il recherche un objet. On est là dans une démarche de proximité.

paynut1

Chaque objet, du cd à graver au bibelot en passant par la veste d’hiver ou le petit électroménager, vaut un nut. L’acquéreur doit donc lui aussi s’inscrire pour disposer de nuts et entamer ses « emplettes ».

Leader du don entre particuliers dans un an

Durant la phase de test en version « béta », la plateforme a enregistré 1000 ouvertures de comptes. Elle a d’abord débuté à Bruxelles mais a désormais des usagers ailleurs en Belgique mais aussi à l’étranger. Les fondateurs de Paynuts envisagent d’ailleurs d’élargir le champ d’actions au–delà de leur pays. Pour cela, rayon financement, ils pensent faire partiellement appel au crowdfunding. C’est évidemment excessivement cohérent avec l’initiative qu’ils défendent et l’état d’esprit qui la porte. Leur ambition pour Paynut : devenir la première plateforme européenne d`échanges d`ici 12 mois.

Paynut dispose aussi de sa page Facebook. Y sont mis en avant certains des objets à vendre. Au moment d’écrire ces lignes, on passait d’un lot de cuillères pour bébé à donner à Ixelles à un piano inaccordable disponible à Profondville, en passant par deux chaises de bureau ou un walkman proposés dans la région de Bruxelles-capitale.

paynut-MAIN

C’est l’air du temps, c’est la consommation collaborative…et cela devrait faire de vous des consommateurs citoyens adeptes du don et du partage, ce que l’on commence à appeler des « digital hippies »… comme l’excellent Xavier Degraux (xavierdegraux.be) que je remercie pour avoir attiré mon attention sur cette nouveauté.

Il n’y a pas encore d’objets à donner dans votre commune ?
Bien, allez-y, impulsez l’affaire, et faites tourner l’information !…A coup sûr, cela va vous créer de nouvelles relations dans le voisinage.

Alain Wagener

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s