Golf : une touche de vert sur les greens

golf_putt

Ce dimanche 14 avril, l’Association Francophone de Golf organise ses traditionnelles portes ouvertes dans les 26 clubs de Wallonie et de Bruxelles. Cela me paraît être le bon moment pour vous parler du recyclage des balles de golf, mais aussi de balles biodégradables contenant de la nourriture pour les poissons !

Passons donc outre le fait que le golf, avec ses multiples arrosages des terrains entre autres, n’est sans doute pas le sport le plus neutre écologiquement pour nous arrêter sur un aspect que, n’étant pas joueur de golf, je ne soupçonnais pas du tout : on peut se procurer des petites balles blanches d’occasion, recyclées ou pas.

On a tous en tête ces images amusantes (pour le spectateur) de golfeurs suivant en grimaçant la trajectoire mal contrôlée de leur balle qui finit dans le « rough » ou, pire encore, dans un plan d’eau.
Pas d’autre choix dans ce cas : acter la perte de la balle et en prendre une autre. Avec plus de 80 millions de pratiquants au monde, sur plus de 30 000 parcours, on imagine aisément que le nombre de ces balles perdues est tout sauf négligeable ! Elles représentent un potentiel que d’aucuns ont décidé de valoriser. C’est le cas en Asie et aux Etats Unis depuis longtemps, c’est plus récent en Europe. Egolf-balls.com est, depuis juin 2012, la première société sur le vieux continent à occuper le terrain. Elle est née de la rencontre de trois personnes d’horizons différents, l’un venant du monde sportif, l’autre de celui de la plongée, et le troisième actif dans l’e-commerce. L’attraction quasi hypnotique qu’exerce le plan d’eau sur de nombreuses balles les a interpellé et a fait naître chez eux un petit réflexe éco-citoyen. Ils allaient récupérer, recycler et revendre ces balles ayant effectué le grand plongeon.

egolf balls

(c) Alice Alzon- egolf-balls.com

Des plongeurs professionnels s’attèlent désormais à fouiller les plans d’eau des greens français pour en retirer des sacs entiers de petites balles. Un filet en remonte quelques fois 500 d’un coup. Une bonne journée de plongée se termine parfois avec une récolte de 15 000 petites balles blanches ! Celles qui sont neuves ou presque sont revendues en tant qu’occasions. Les plus anciennes, les plus « abîmées » font l’objet d’un reconditionnement. Elles sont décapées, nettoyées, repeintes et revernies avant elles aussi de connaître une deuxième vie commerciale.
L’initiative première revenant au professionnel de l’e-commerce, on ne s’étonne pas que la vente se fasse par internet, facilitant ainsi la distribution de ces balles de seconde main dans l’Europe entière…de seconde main ne voulant pas dire de petite qualité. On peut en effet acheter ainsi d’occasion la meilleure des balles de golf tombée dans l’eau après avoir été frappée une seule fois à peine. La notion d’occasion est là très relative. Leur site : http://www.egolf-balls.com

Cette démarche visant à « mettre du vert » dans le monde de la petite balle blanche n’est pas la seule. La marque américaine Dixon propose des balles « eco-friendly », réalisée en matériaux réutilisés et 100 % recyclable, tout comme leur emballage.

Plus étonnant : en Espagne, la société Albus Golf a mis au point l’Ecobioball, la première balle de golf biodégradable. Après 48 heures dans l’eau, elle libère de la nourriture pour les poissons ! A usage unique, elle est essentiellement destinée à la pratique du swing dans un environnement « aquatique ». Elle se veut parfaitement adaptée aux zones d’entraînement proches de la mer, soit dans le cadre de terrains de golf ou d’infrastructures hôtelières en front de mer. La brochure de présentation souligne encore que la formule est, par exemple, très adaptée aux bateaux de croisières. La société revendique un rôle de conception de produits durables permettant une pratique sportive dans des environnements où elle n’était pas possible avant, en raison de la pollution qu’elle aurait généré. « Greenwashing » diront sans doute certains, intéressant dosage d’approche environnementale et de réalisme économique souligneront les autres. Pour donner des arguments à ces derniers, la société suggère d’ailleurs comme avantage pour les professionnels de l’hôtellerie que cette balle « écolo » peut attirer des clients à la fois amateurs de golf et sensibles aux problèmes environnementaux. Albus Golf propose encore des tapis de practice et des tees en caoutchouc recyclé.

201071202224

Finalement, si on ne conservait que les parcours de golf situés dans des zones où l’humidité naturelle permet de faire pousser l’herbe sans adjonction de grandes quantités d’eau, avec ces initiatives, on finirait par classer un peu mieux ce sport sur une échelle sportivo-environnementale…

6 responses to “Golf : une touche de vert sur les greens

  1. Pingback: Golf : une touche de vert sur les greens | Entr...·

  2. Bonjour Alain,
    Merci pour la citation de notre société dans votre article.
    Je vous remercie d’avance mettre un lien vers notre site (egolf-balls.com) lorsque vous nous citer ainsi que d’indiquer le copyright pour la photo du plongeur (c) Alice Alzon- egolf-balls.com
    Très belle journée à vous
    P Alzon

    • Pas de soucis. Le lien sur le site est un oubli pur et simple (même si le lecteur aura trouvé au départ du texte).
      merci pour votre message
      Belle journée aussi

  3. Pingback: Golf : une touche de vert sur les greens | Infr...·

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s