Tram de Liège : la demande de permis unique déposée

tram tram

La demande de permis unique pour le tram de Liège a été déposée ce lundi 18 mars par la SRWT (Société Régionale Wallonne des Transports). Elle fait suite aux conclusions de l’étude d’incidence sur l’environnement (EIE) rendues par les deux bureaux d’études désignés.

Dans la phase publique de l’étude d’incidence sur l’environnement, 200 courriers ont été envoyés par des privés, des institutions officielles (communes, intercommunales, SNCB…), des associations. Ils proposaient des alternatives au projet de la SRWT. Elles ont été étudiées, jaugées pour finalement ne pas être retenues, à l’exception d’une modification du parcours initial. Elle concerne la portion après l’avenue Blonden en venant de Sclessin. J’y reviens plus loin.

Les conclusions de l’EIE valident donc l’utilité du projet (l’hypothèse de ne pas avoir de tram a été elle aussi étudiée) en en soulignant plusieurs points forts. Le tram va améliorer la qualité de l’air, faiblement impacter le milieu biologique, permettra de requalifier l’espace public, aura un effet positif sur le milieu économique…

Elles identifient encore le tram comme créateur de pôles d’échanges intermodaux, principalement pour 12 de ses 21 stations et plus particulièrement encore pour celles du Standard, des Guillemins, de la place Saint Lambert, de celle des Déportés, de Droixhe et de Coronmeuse. Des bus, des trams, des trains, des voitures, des vélos…se croiseront à ces endroits particulièrement.

A l’échelle de l’agglomération, l’étude souligne encore que le tram devrait améliorer les déplacements en mode doux (dont le vélo) avec la création d’itinéraires spécifiques le long du parcours et/ou de la Meuse. Son apport pour les personnes à mobilité réduite est aussi pointé positivement.

Le parcours

La mobilité à Liège va beaucoup changer, les habitants vont vivre une petite révolution d’ici l’arrivée du tram, toujours annoncée pour 2017 par la SRWT qui espère « gagner ce pari fou de construction de la ligne pour cet horizon ».
Le seul changement proposé dans le cadre de l’EIE et retenu au nombre des recommandations, c’est le passage du tram, au sortir de l’avenue Blonden, par l’avenue Rogier plutôt que par la desserte réservée actuellement aux bus boulevard d’Avroy. Elle est actée par la SRWT qui l’a donc incluse dans sa demande de permis unique. Pour ses responsables, les justifications de ce choix sont multiples : il évite l’abattage de nombreux arbres boulevard d’Avroy, permet de maintenir le passage des bus durant le chantier du tram, permet aussi la suppression de la « trémie Charlemagne », face au Torè. Là s’installera en fait la station Charlemagne. La suppression de la desserte « bus » donne encore à la Ville la possibilité de la dédier à une autre mobilité plus douce. On soulignera encore que cette option permet le maintien de la lucrative foire d’octobre sur le site.

Pour le reste, les bus ayant aujourd’hui leur terminus Boulevard d’Avroy (en début de foire) le verront déplacé devant l’école Hazinelle (ce sera un point noir, il leur faudra traverser les voies de circulation pour partir vers la rue St Gilles) ;
Place Saint Lambert : là aussi pour préserver les arbres devant les grands magasins, la station de tram sera un peu écartée de ces derniers. De l’autre côté de la place, certains bus venant du Cadran continueront à emprunter le seul tunnel restant opérationnel pour arriver sur la place (l’autre tunnel Sauvenière sera condamné). D’autres passeront devant le palais de Justice pour rejoindre leur nouveau terminus à la gare Léopold.

Une seule voie prévue rue Feronstrée. « Deux auraient été impossibles » disent les représentants de la SRWT. « L’artère est trop exigüe, on n’aurait pas pu livrer les commerçants, se parquer voire même se balader par endroits avec deux trams de passage ». L’option c’est donc Feronstrée dans un sens, le quai de la Batte dans l’autre et le dimanche, jour du marché, passage en alternance dans la seule rue Feronstrée.

Place des Déportés, on décale un peu la station de nouveau pour conserver les arbres. Cela permet de recréer un lien « automobile » du pont Maghin vers Hors-Château.

design_stations10

Voilà pour quelques uns des passages de la ligne de tram longue de 10 km, agrémentée de 21 stations. Dans la zone d’influence du tram (un rayon de 500 mètres autour des stations), la population est estimée selon la SRWT à 69 000 habitants. On y compte 44 000 emplois.

140 000 voyageurs sont attendus par jour, avec des fréquences de tram d’un toutes les 4 minutes 30 entre Atlas et le Standard aux heures de pointe. Les rames pourront accueillir 300 personnes.

La prochaine procédure d’enquête publique, sur le permis unique, n’aura plus aucune incidence sur le parcours. Il est définitivement acté.

Une séance publique d’information le 15 avril, et des séances spécifiques dans les quartiers seront organisées par la Ville de Liège.
La SRWT espère obtenir le permis à l’automne de cette année et attribuer le marché en mai 2014 au consortium choisi.
Toutes les informations utiles, et l’intégralité de l’étude d’incidence sur l’environnement sont disponibles sur le site web http://www.keskistram.be

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s