Le vélo en bois, nouvelle image d’Epinal

article_photo_1363441786140-1-HD

En Afrique et en Asie, on connaît depuis longtemps déjà le vélo en bambou. On en trouve des distributeurs en occident. Ils ne sont pas les seuls à ne pas être fabriqués en métal. Ces derniers mois, d’autres matériaux originaux s’utilisent dans le monde cycliste : le carton, pour un produit né en Israël, et le bois, près de chez nous, dans les Vosges.

Il a été le premier à apparaître, c’était il y a quelques mois, le vélo 100 % en carton qui résiste même à la pluie ! Bien plus léger qu’un vélo classique (9 kg au lieu de 15 en moyenne), ce vélo « origami », recouvert d’un enduit imperméabilisant, ne coûte que quelques euros à fabriquer, ce qui donne à son concepteur israélien l’espoir de le commercialiser autour des 20 €.

vélo carton

Il a fallu trois ans à Izhar Gafni, l’ingénieur qui l’a conçu, pour mettre au point son invention qu’il destine aux populations démunies, en la faisant si possible fabriquer par des entreprises « sociales » de formation. Le vélo en carton pourra être, à la demande, équipé d’un moteur électrique.

Un vélo en circuit court

Dans les Vosges, c’est quatre années qu’il a fallu aux techniciens du Critt bois (Centre Régional de l’Innovation et du Transfert des Technologies des industries du bois) pour mettre au point le Vélibois, un vélo à cadre en bois équipé d’un moteur électrique. Il a été conçu en association avec une société d’économie mixte. Le prototype qu’ils ont réalisé a donné satisfaction en termes de confort (le bois absorbe mieux les vibrations), de solidité, de résistance et de look (le mélange bois/métal est plutôt sympa). La fabrication et la commercialisation de ce vélo urbain peuvent débuter, de quoi permettre à la France d’arriver sur un marché déjà mature aux Etats Unis. Deux partenaires locaux sont prêts à se lancer dans l’aventure, en l’occurrence Néo Sièges et Moustache Bike.

Le côté local est évidemment un des atouts de ce deux-roues à cadre en frêne : pas plus cher qu’un vélo classique, il est travaillé dans une dynamique de filière courte avec des ressources renouvelables. Dans la région, ce ne sont pas les forêts qui manquent. La filière bois constitue d’ailleurs un des moteurs économiques des Vosges.

topelement

L’initiative de départ de ce projet revient à la ville d’Epinal. En 2009, elle a demandé au Critt bois de travailler sur un vélo « industrialisable » à des coûts raisonnables. Elle poursuivra désormais son implication dans le dossier en introduisant le Vélibois fin d’année dans des locations en libre-service. C’est un marché qui devrait, aux yeux des concepteurs, être porteur pour ce produit dont la commercialisation « grand public » est prévue pour d’ici deux ans avec un prix de vente autour des 2500 €. Un coût proche de celui des vélos électriques « classiques » mais qui inclut ici cette plus-value locale dont les promoteurs espèrent voir à terme des effets sur l’emploi dans la région.

Avec un Remoucastrien champion du monde cycliste, on se mettrait bien à rêver à une initiative wallonne du même genre. Après tout, on a de nombreuses forêts aussi en Wallonie…

One response to “Le vélo en bois, nouvelle image d’Epinal

  1. Pingback: Ce blog : un an et toujours vert ! | Alain Wagener Green·

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s