Cuisine : chefs flamands et pêche durable

Le poisson que je mange est-il en voie de disparition ? Comment et où a-t-il été pêché ? Quels contrôles a-t-il (ou pas) subis ? … ces questions sur les critères environnementaux, sociaux et économiques de la pêche sont celles que se pose le consommateur soucieux de trouver dans son assiette du poisson durable. Et ils sont de plus en plus nombreux.
Cette préoccupation, on la trouve aussi, en réponse aux attentes du client et parce qu’il est bon désormais de se montrer « vert », dans le monde de la distribution. En Belgique, Colruyt a par exemple demandé un audit indépendant sur les poissons qu’il vend et communique les résultats à ses clients, Delhaize ne vend en poisson frais que des espèces durables, Carrefour a développé son label de poisson durable. Tout cela n’est pas encore parfait, des lacunes existent, l’information du client pourrait encore être meilleure, mais ces initiatives ont en tout cas le mérite d’exister.
Il en va de même pour la décision prise récemment par 16 grands chefs en Flandres, qui y ajoutent une dimension « locavore ». Ils ne proposeront quasiment plus à leur carte que du poisson de la Mer du Nord, pêché durablement, en dehors de la période de frai. Leur raisonnement apparaît évident : apprendre à manger ce que le pêcheur ramène au lieu de lui faire pêcher ce que nous voulons. C’est le projet « North Sea Chefs ». A leur table, le cabillaud ou le saumon, menacés par la surpêche, vont se faire rares, contrairement à d’autres espèces moins prisées (seiche, roussette …). Ces grands cuisiniers espèrent ainsi faire coup double : amener leur clientèle à découvrir et apprécier de nouvelles espèces de poissons et espérer voir ces consommateurs se les approprier dans leur propre cuisine et les réclamer à leur poissonnier habituel. Les « North Sea Chefs » travaillent avec des pêcheurs belges et voient leur initiative soutenue par le gouvernement de la communauté flamande, le Fond européen pour la Pêche et l’Institut flamand pour la recherche sur l’agriculture et la pêche (ILVO).
La conclusion du chef Filip Claeys, deux étoiles, vaut toutes les explications : "Manger plus de poissons inconnus est aussi une nécessité. Je ne veux pas que mes enfants en soient réduits à manger du poisson d’élevage parce qu’il n’y en a plus dans l’océan »
Pensez-y lors de votre prochain passage chez le poissonnier.

Leur site : http://www.northseachefs.com

PS : pour mes amis français, vous pouvez vous faire livrer du poisson charentais frais et durable en 2 clics de souris, et ce dans toute la France http://www.neo-planete.com/2013/03/12/poisson-internet-peche-livraison

photos%20039

2 responses to “Cuisine : chefs flamands et pêche durable

    • On ne peut pas nier que les entrepreneurs voient un intérêt à mettre une touche de "vert" dans leur activité professionnelle, il y a sans doute un peu de cela ici aussi, mais j’ai l’impression que la démarche est correcte et sincère, en tous cas pour le poisson. Si l’approche environnementale, durable, peut aussi se retrouver dans leurs choix des autres ingrédients utilisés, c’est évidemment encore mieux.

Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s